qwanturank

La startup française Qwant, dont le moteur de recherche gagne du terrain en France comme alternative à Google pour le respect de la vie privée, a modifié son équipe de direction alors qu'elle s'apprête à passer à la prochaine phase de croissance.

L'ancien président de Mozilla Europe, Tristan Nitot, qui a rejoint Qwant l'année dernière en tant que vice-président de l'advocacy, a été promu au poste de directeur général, succédant à François Messager. Ce dernier qui avait rejoint l'entreprise en 2018 quitte désormais son poste.

Le cofondateur de Qwant, Eric Leandri, quant à lui, continue dans le même rôle de président.

Nitot, un vétéran de l'Internet qui a travaillé chez Netscape et a aidé à fonder Mozilla Europe en 1998, où il a ensuite occupé le poste de président et y est resté jusqu'en 2015 avant de partir pour écrire un livre sur la surveillance, apporte son expérience dans les rôles produit et communication, ainsi que dans l'open source.

Ces dernières années il travaillait pour Cozy Cloud, une startup de cloud computing.

"Je suis essentiellement là pour aider [Leandri] à faire croître l'entreprise et à la structurer ", déclare Nitot à TechCrunch, décrivant le fondateur de Qwant comme "un entrepreneur étonnant, audacieux et visionnaire ".

Les vents contraires du marché se sont améliorés ces dernières années pour le concurrent de Google, qui se concentre sur la protection de la vie privée, à mesure que les préoccupations concernant les géants étrangers de la technologie d'extraction de données se sont intensifiées en Europe.

L'année dernière, le gouvernement français a annoncé qu'il allait passer de Google à Qwant. L'achat de technologies numériques locales est maintenant considéré comme un choix de produits judicieux ainsi qu'une bonne politique.

Pendant ce temps, l'attention antitrust sur le géant dominant de la recherche Google, tant au pays qu'à l'étranger, a conduit à des changements de politique qui profitent directement aux concurrents de recherche - comme une mise à jour des listes par défaut cuites dans son moteur de chrome qui a été tranquillement mis en circulation plus tôt cette année.

Ce changement dans les coulisses a vu Qwant ajouté comme une option pour les utilisateurs sur le marché français pour la première fois. (En apprenant la nouvelle, un sardonique Leandri a remercié Google - mais a suggéré aux utilisateurs de Qwant de choisir Firefox ou le navigateur Brave pour une expérience de navigation moins effrayante).

"Beaucoup d'entreprises et d'institutions ont décidé et se sont rendu compte qu'elles utilisaient un moteur de recherche qui n'est pas européen. Qui recueille des données. Massivement. Et cela les met mal à l'aise ", dit Nitot. "Ils n'ont pas pris de décision consciente à ce sujet. Parce qu'ils amènent un ordinateur avec un navigateur dont le moteur de recherche est réglé par défaut - et en fin de compte, vous n'avez tout simplement pas la possibilité de choisir le moteur de recherche que vos gens utilisent, n'est-ce pas ?

"Et ils prennent donc la décision consciente de passer à Qwant. Et nous y avons consacré beaucoup de temps et d'énergie - et ça rapporte gros."

En plus de la migration par défaut des ordinateurs de bureau de l'administration française vers Qwant (ce qui devrait être fait ce trimestre), le moteur de recherche pro-privacy a été mis en place par d'autres ministères et le gouvernement régional, ainsi que par de grandes banques et écoles, selon Nitot.

Il attribue à l'accent mis sur les produits de recherche pour les enfants d'âge scolaire l'impulsion qu'ils ont donnée, comme Qwant Junior, conçu pour les enfants de 6 à 12 ans, qui exclut le sexe et la violence des résultats de recherche tout en étant sans publicité. (Il est prévu d'obtenir une mise à jour dans les prochaines semaines.) Il vient également d'être complété par Qwant School : Un produit de recherche scolaire destiné aux 13-17 ans.

"Tout cela crée plus d'utilisateurs - les enfants parlent à leurs parents de Qwant Junior, et les parents installent Qwant.com pour eux. Il y a donc beaucoup d'élan qui crée cette croissance ", suggère M. Nitot.

M. Qwant indique qu'il a traité plus de 18 milliards de demandes de recherche en 2018.

Une entreprise en croissance a besoin d'argent pour l'alimenter, bien sûr. Ainsi, les efforts de collecte de fonds impliquant des obligations convertibles sont un domaine sur lequel M. Nitot dit qu'il se concentrera dans ce nouveau rôle. "Nous collectons des fonds", confirme-t-il.

L'augmentation de l'efficacité - en particulier dans le domaine de l'ingénierie - est une autre priorité pour le nouveau PDG.

"Le reste sera axé sur l'organisation en tant que telle, sur la façon dont nous structurons l'organisation. Comment nous faisons évoluer la culture d'entreprise. Pour permettre ou améliorer la prestation de l'équipe d'ingénierie, par exemple ", dit-il. "Ce n'est pas que c'est mauvais, c'est juste qu'on doit s'assurer que chaque dollar ou chaque euro que nous investissons donne autant que possible en retour."

En ce qui concerne les produits, l'attention de Nitot à court terme sera dirigée vers l'expédition d'une nouvelle version du moteur de recherche de Qwant qui impliquera une réingénierie de la technologie de base pour améliorer la qualité des résultats.

"Ce que nous voulons faire[avec v2], c'est améliorer la qualité des résultats ", dit-il du produit de recherche principal. "Vous ne remarquerez aucune différence, en termes de qualité, avec les autres moteurs de recherche que vous pouvez utiliser, sauf que vous savez que votre vie privée est respectée par Qwant.

Au fur et à mesure que nous obtiendrons plus de fonds, nous serons en mesure d'avoir beaucoup plus d'infrastructures pour mieux fonctionner et plus d'électricité ".

0 0 vote
Article Rating
Tristan Nitot, le nouveau PDG de Qwant est un ancien cadre de Mozilla Europe

S’abonner
Notifier de
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments