Publié le 7 mai 2024, modifié le 10 mai 2024 par Alexandre Duval

Google a indiqué que des actions manuelles étaient effectuées sur des pages Web hébergeant des pages Web de tiers et que, selon certains, les effets de ces actions manuelles pourraient apparaître dans les résultats de recherche.

  • Google effectue des actions manuelles sur des pages Web hébergeant du contenu tiers
  • Ces actions peuvent entraîner une suppression ou un classement inférieur dans les résultats de recherche
  • La nouvelle politique en matière d'abus de réputation cible spécifiquement les sites avec un manque de surveillance du contenu tiers
  • Certains sites célèbres, comme Reuters, ont été affectés par ces politiques et leurs pages de coupons ne sont plus classées dans les résultats de recherche

Actions manuelles en cas d'abus de réputation de site

SearchLiaison de Google a tweeté le 6 mai que Google appliquait la nouvelle politique en matière d'abus de réputation de site par des actions manuelles. Les actions manuelles se produisent lorsqu'une personne chez Google inspecte une page Web pour déterminer si la page enfreint une politique anti-spam.

La politique en matière d'abus de réputation affecte les sites qui hébergent du contenu tiers publié avec peu ou pas de surveillance de la part du site Web d'hébergement. Le but de cet arrangement est que le tiers profite de la réputation du site hôte afin que tous deux reçoivent une part des ventes des affiliés. Un exemple pourrait être un site Web d’actualités qui héberge du contenu de codes de réduction entièrement créé par un tiers.

Que sont les actions manuelles ?

Une action manuelle se produit lorsqu'un humain chez Google inspecte visuellement un site Web pour déterminer s'il a violé les politiques anti-spam de Google. Le résultat d’une action manuelle est généralement, mais pas toujours, une suppression de l’index de recherche Google. Parfois, les pages Web incriminées sont complètement supprimées et parfois, leur classement est simplement empêché.

Sites avec actions manuelles

Google informe l'éditeur du site si un site a fait l'objet d'une action manuelle. Seuls l'éditeur du site et ceux ayant accès au compte de console de recherche d'un site Web peuvent le savoir. Google n'annonce généralement pas quels sites ont reçu une action manuelle. Ainsi, à moins qu'un site n'ait complètement disparu de la recherche Google, il n'est pas possible de dire avec certitude si un site a fait l'objet d'une action manuelle.

Le fait qu'une page Web ait disparu des résultats de recherche de Google ne constitue pas une confirmation qu'elle a fait l'objet d'une action manuelle, surtout si d'autres pages du site peuvent encore être trouvées.

Il est donc important de comprendre qu'à moins qu'un site Web ou Google ne reconnaisse publiquement une action manuelle, toute personne extérieure ne peut que spéculer si un site en a reçu une. La seule exception est le cas où un site est complètement supprimé de l'index de recherche, auquel cas il y a une forte probabilité que le site ait effectivement été pénalisé.

Les grandes marques exclues des résultats de recherche

On ne peut pas affirmer avec certitude qu'un site a reçu une action manuelle si la page est toujours dans l'index de recherche. Mais Aleyda Solis a remarqué que certains sites Web de grandes marques ont récemment cessé de se classer pour les requêtes de recherche liées aux coupons.

Aleyda a partagé des captures d'écran des résultats de recherche liés aux coupons avant et après l'application des politiques relatives aux abus du site. Ses tweets montraient des captures d'écran de sites qui n'étaient plus classés. Certains sites semblent avoir supprimé leurs pages Web de coupons (surlignées en rouge) et les sites qui hébergeaient toujours des pages de coupons mais n'étaient plus classés dans les résultats de recherche étaient surlignés en orange dans les captures d'écran d'Aleyda.

A noter qu'Aleyda n'accuse aucun site d'avoir reçu une action manuelle. Elle montre seulement que certains sites ne sont plus classés pour les requêtes de recherche de codes de réduction.

Aleyda a tweeté :

« Google a déjà commencé à prendre des mesures concernant la nouvelle politique en matière d'abus de réputation de site 👀👇 Consultez l'avant/après pour la plupart des requêtes de « code(s) promotionnel(s) » les plus populaires :

*code promo Carhartt
*code promo postmates
*code promo Samsung
*code promo godaddy

Sites qui étaient classés avant et qui ne le sont plus :

* Chez Orange (avec des sections de coupons encore existantes) : Cnet, Glamour, Reuters, USA Today, CNN, Business Insider
* En rouge (avec les sections de coupons supprimées) : LA Times, Time Magazine, Wired, Washington Post »

Reuters a-t-il reçu une action manuelle ?

L'agence de presse mondiale Reuters occupait auparavant la première place du classement pour le mot-clé « code promotionnel GoDaddy » (comme le montre la capture d'écran « avant » publiée par Aleyda sur Twitter).

Mais Reuters est aujourd’hui complètement retiré des résultats de recherche.

La page Reuters GoDaddy a-t-elle reçu une action manuelle ? Les actions manuelles entraînent généralement la suppression complète d'une page Web de l'index de recherche de Google. Mais ce n'est pas le cas de la page de coupons Reuters GoDaddy. Une recherche sur le site pour la page des coupons GoDaddy montre toujours que les pages Web de Reuters sont toujours dans l'index de Google. Ce n'est tout simplement plus un classement.

La page de coupon Reuters reste dans l'index de recherche

Il est difficile de dire avec certitude si la page Reuters a fait l'objet d'une action manuelle, mais ce qui est clair, c'est que la page n'est plus classée, comme le souligne à juste titre Aleyda.

La page GoDaddy de Reuters a-t-elle violé la politique anti-spam de Google ?

La politique de Google en matière d'abus de réputation de site indique qu'une des caractéristiques de l'abus de réputation de site est le manque de surveillance du contenu tiers.

« L’abus de réputation d’un site se produit lorsque des pages tierces sont publiées avec peu ou pas de surveillance ou d’implication de la part de la première partie… »

La page GoDaddy actuelle de Reuters contient une clause de non-responsabilité qui affirme la surveillance du contenu tiers.

Voici la clause de non-responsabilité actuelle :

« Le personnel de la rédaction de Reuters n’a aucun rôle dans la production de ce contenu. Il a été vérifié et vérifié par l'équipe des coupons de Reuters Plus, le studio de marketing de marque de Reuters, en collaboration avec Upfeat.

La clause de non-responsabilité de Reuters montre qu'il existe une surveillance de première partie, ce qui indique que Reuters se conforme pleinement à la politique anti-spam de Google.

Mais il y a un problème. Il y avait un avertissement complètement différent avant l'annonce de la politique de Google en matière d'abus de réputation de site. Cela soulève la question de savoir si Reuters a modifié sa clause de non-responsabilité afin de donner l'impression qu'il y avait eu surveillance.

Fait : Reuters a modifié la clause de non-responsabilité

La clause de non-responsabilité actuelle sur la page des coupons de Reuters affirme qu'il y a eu une certaine surveillance du contenu tiers. Si cela est vrai, alors Reuters se conforme à la politique anti-spam de Google.

Mais à partir du 11 mars 2024, Reuters a publié un avertissement qui désavouait clairement toute implication dans le contenu tiers.

Voici ce que dit la politique de Google en matière d'abus de réputation de site :

« L’abus de réputation d’un site se produit lorsque des pages tierces sont publiées avec peu ou pas de surveillance ou d’implication de la part de la première partie… »

Et voici la clause de non-responsabilité du 11 mars 2024 sur la page des coupons de Reuters :

« Reuters n'a pas été impliqué dans la création de ce contenu. »

Reuters avait précédemment refusé la surveillance du contenu tiers

Reuters a modifié sa clause de non-responsabilité environ une semaine après l'annonce de la mise à jour principale de Google. Cette clause de non-responsabilité avait toujours éloigné Reuters de toute implication avant l'annonce de la politique anti-spam de Google.

Voici leur clause de non-responsabilité pour 2023 sur la même page de coupons GoDaddy :

« Ce service est exploité sous licence par Upfeat Media Inc. Les détaillants répertoriés sur cette page sont sélectionnés par Upfeat. La rédaction de Reuters n’est pas impliquée.

Pourquoi cette clause de non-responsabilité a-t-elle changé après l'annonce de Google en matière d'abus de réputation de site ? Si Reuters est en infraction, a-t-il reçu une action manuelle mais a-t-il été épargné par la suppression de ces pages de l'index de recherche de Google ?

Actions manuelles

Les actions manuelles peuvent entraîner la suppression complète de la page Web incriminée de l'index de recherche de Google. Ce n'est pas ce qui est arrivé à Reuters et à d'autres pages de coupons de grandes marques mises en avant par Aleyda. Il est donc possible que les pages de coupons de grandes marques n'aient reçu qu'une rétrogradation dans le classement et non une désindexation complète comme c'est le cas pour les sites classiques. Ou il se pourrait que la rétrogradation de ces pages dans le classement soit une pure coïncidence.

Image en vedette par Shutterstock/Mix and Match Studio

FAQ

Comment signaler un abus de faiblesse, quelle que soit sa forme ?

Pour signaler un abus de faiblesse, il est recommandé de contacter le commissariat ou la gendarmerie la plus proche. Il est également possible de contacter une association spécialisée dans la lutte contre l'abus de faiblesse. En cas d'urgence, il faut composer le 17 pour appeler les secours.

Dans tous les cas, il est important de réunir des preuves et témoignages pour étayer sa démarche.

Quels sont les conditions nécessaires pour qu'une situation puisse être considérée comme un abus de faiblesse ?

Les conditions nécessaires pour qu'une situation puisse être considérée comme un abus de faiblesse sont la présence d'une personne en position vulnérable, telle que les personnes âgées ou handicapées, qui est manipulée par une autre personne profitant de sa fragilité. Cet abus peut prendre différentes formes telles que des actes d'emprise psychologique, financière ou physique.

La victime doit également avoir été trompée ou manipulée pour accepter des actes qu'elle n'aurait pas consenti en état normal.

Comment prouver l'existence d'un abus de faiblesse dans une situation donnée ?

  • Pour prouver l'existence d'un abus de faiblesse, il faut tout d'abord démontrer qu'une personne vulnérable a été manipulée ou exploitée dans une situation donnée. 2.

    Il est également nécessaire de présenter des preuves montrant que l'auteur de cet abus avait conscience de la fragilité de la victime et en a profité pour obtenir un avantage personnel. 3. Les témoignages ou les documents pouvant attester du déséquilibre entre les parties impliquées peuvent également être utilisés pour démontrer l'existence d'un abus de faiblesse. 4. Enfin, il est important de souligner que chaque cas étant unique, il revient aux tribunaux d'évaluer tous les éléments apportés afin de décider s'il y a effectivement eu un abus de faiblesse dans la situation donnée.

  • Comment réagir face à un abus de faiblesse avéré ?

  • Il est important de prendre conscience de la situation et de ne pas minimiser l'abus qui a été commis. 2. Il faut en parler à une personne de confiance, que ce soit un proche ou une autorité compétente, pour trouver un soutien et obtenir de l'aide.

    3. Il est également nécessaire de dénoncer l'auteur de l'abus en suivant les démarches légales appropriées. 4. Enfin, il est essentiel d'apporter un soutien psychologique à la victime afin qu'elle puisse se reconstruire après cette expérience traumatisante.

  • Qu'est-ce que l'abus de pouvoir et comment peut-il profiter aux personnes en situation de vulnérabilité ?

    L'abus de pouvoir est le fait pour une personne en position d'autorité d'utiliser son statut pour obtenir des avantages ou imposer sa volonté sur d'autres personnes. Il peut profiter aux personnes en situation de vulnérabilité en les manipulant, en les intimidant ou en les exploitant afin de satisfaire ses propres intérêts. Cela peut conduire à une situation d'oppression et de déséquilibre des forces entre l'abusateur et la victime.

    Les personnes vulnérables peuvent également être contraintes à se soumettre par peur des conséquences du refus ou par manque de soutien et de ressources pour se défendre contre l'abus.

    Categories: SEO

    Alexandre Duval

    Alexandre Duval

    S’abonner
    Notification pour
    guest

    Commentaires
    Commentaires en ligne
    Afficher tous les commentaires
    0
    Nous aimerions avoir votre avis, veuillez laisser un commentaire.x