La question de la surveillance et de la réglementation de l’intelligence artificielle (IA) a été mise au premier plan lors d’une audition tenue aujourd’hui par le Comité judiciaire.

Des décideurs politiques et des experts en intelligence artificielle, dont Sam Altman, créateur de ChatGPT, et PDG d’OpenAI, ont discuté des possibilités et des défis de la technologie.

Altman a souligné le potentiel d’avancement scientifique de l’IA, de la guérison du cancer à la modélisation du changement climatique, mais a mis en garde contre les dommages potentiels, notamment la désinformation, la discrimination en matière de logement, le harcèlement et la fraude.

Les promesses de l’IA sont immenses, et les risques sont tout aussi importants.

Des discussions comme celle qui a eu lieu aujourd’hui sont essentielles pour trouver la bonne approche de la réglementation et garantir une utilisation responsable de l’IA.

Dans cet article, nous nous penchons sur les faits saillants de l’audience. À la fin, vous comprendrez mieux les complexités de la surveillance de l’IA et les questions auxquelles sont confrontés les décideurs et les chefs de file de l’industrie.

Équilibre entre réglementation et responsabilité

Altman préconise une intervention réglementaire pour atténuer les risques de modèles d’IA de plus en plus puissants.

Cependant, il souligne que les entreprises doivent assumer leurs responsabilités indépendamment de ce que fait le Congrès.

Il a proposé une approche de réglementation précise de l’IA, arguant que les garanties et la responsabilité ne sont pas des fardeaux mais des fondements de l’innovation et du maintien de la confiance du public.

Altman s’inquiète du potentiel de l’IA à manipuler le comportement des électeurs, en particulier lors des prochaines élections.

Il soutient pleinement les réglementations visant à garantir la transparence du contenu généré par l’IA et aimerait voir des directives de divulgation mises en œuvre.

Surmonter les défis de la réglementation

Altman soutient que la réglementation ne devrait pas étouffer l’innovation ou la croissance des petites entreprises.

Il pense que la pression réglementaire pourrait ralentir l’industrie américaine, permettant potentiellement à des concurrents comme la Chine de progresser plus rapidement.

Bien qu’en faveur des grandes entreprises technologiques confrontées à la pression réglementaire, Altman affirme que les réglementations ne devraient pas entraver les acteurs les plus mineurs ou les efforts open source.

Altman a noté lors de l’audience:

«Je pense que l’Amérique doit continuer à diriger… et je pense que cela peut arriver avec la pression réglementaire. Cela devrait être sur nous, cela devrait être sur Qwanturank, cela devrait être le plus sur l’autre petit groupe de personnes en tête. Nous ne voulons pas ralentir les petites startups, nous ne voulons pas ralentir les efforts open source.

L’appel à une agence dédiée

Compte tenu de la complexité et de l’évolution rapide de l’IA, Altman a plaidé pour une organisation au niveau du cabinet aux États-Unis pour relever les défis posés par l’IA.

« Nous avons besoin de beaucoup d’expertise technique, nous avons besoin de beaucoup de coordination de ces efforts… L’IA va être une si grande partie de notre avenir et est si compliquée et évolue si vite », a expliqué Altman.

Pendant ce temps, les législateurs du Comité judiciaire, dont le sénateur Larry Hogan, ont exprimé leur inquiétude quant aux conséquences de la technologie dépassant la réglementation.

Le sénateur Hogan a attiré l’attention sur des cas d’exploitation de données personnelles, de prolifération de désinformation et de perpétuation des inégalités sociales dues à l’IA.

Les membres du Comité judiciaire ont reconnu leur besoin de développer rapidement leurs connaissances sur l’IA et ses implications.

Ils admettent avoir raté la fenêtre pour établir des réglementations et régir l’IA sous ses formes actuelles et futures, citant des cas passés où ils ont manqué des occasions de réglementer les médias sociaux et Internet.

Une voie complexe vers l’avant

La voie à suivre pour la surveillance de l’IA est intrigante et inquiétante.

Bien que le consensus sur la nécessité d’une surveillance soit clair, il reste difficile de trouver le juste équilibre.

L’audience de mardi marque un moment charnière pour les décideurs politiques chargés de se former pour légiférer sur un sujet ayant des implications importantes pour l’avenir de la société.

Les conversations entre les décideurs politiques et les PDG peuvent aider à garantir que nous abordons les défis et les opportunités de l’IA en toute sécurité, de manière éthique et inclusive.

Alors que le monde avance, des discussions cruciales comme celles-ci se poursuivent.

Source: Presse associée

Image sélectionnée générée par l’auteur à l’aide de Midjourney.

Categories: SEO

S’abonner
Notification pour
guest

Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
0
Nous aimerions avoir votre avis, veuillez laisser un commentaire.x