qwanturank

Bienvenue dans le Digital Brief d’EURACTIV, votre mise à jour hebdomadaire sur tout ce qui concerne le numérique dans l’UE.

 » Les choses que j’ai vues sur Facebook encore et encore, c’est qu’il y avait des conflits d’intérêts entre ce qui était bon pour le public et ce qui était bon pour Facebook. Et Facebook, maintes et maintes fois, a choisi d’optimiser pour ses propres intérêts.

  • Frances Haugen, ancienne employée de Facebook et dénonciatrice des Fichiers Facebook
  • Histoire de la semaine : Facebook vient de traverser probablement sa pire semaine depuis des années. Dimanche, l’ancienne employée Frances Haugen a révélé qu’elle était la source des fichiers Facebook, une série de révélations accablantes que l’entreprise connaît depuis longtemps mais qui n’ont pas réussi à remédier aux dommages causés par Instagram à la santé mentale des adolescentes. Le lanceur d’alerte est allé jusqu’à dire à la télévision nationale que Facebook donne systématiquement la priorité au profit avant tout. Les révélations ont été suivies d’une panne d’Internet qui a interrompu Facebook et ses services, notamment Instagram, WhatsApp, Messanger, pendant six heures lundi. Les actions de Facebook ont ​​plongé de près de 5%, effaçant 6 milliards de dollars des propres actions de Mark Zuckerberg.

    Le commissaire au marché intérieur Thierry Breton, sans nommer directement Facebook, a critiqué « l’arrogance des trop gros pour s’en soucier » de la plate-forme et a souligné que la loi sur les services numériques était l’acte législatif clé qui mettra un terme à la monétisation de la désinformation et des contenus préjudiciables.. La rapporteure DSA Christel Schaldemose et la rapporteure fictive Alexandra Geese ont invité Frances Haugen à témoigner devant le Parlement européen. Il y avait aussi ceux qui ont tiré des conclusions antitrust de la panne. La chef de la concurrence de l’UE, Margrethe Vestager, en particulier, a souligné que la loi sur les marchés numériques était un moyen d’éviter d’avoir seulement quelques grands acteurs pour les services technologiques.

    Ne manquez pas : Qu’y a-t-il au menu numérique de la Commission pour l’année prochaine  ? EURACTIV a eu une vue exclusive d’une version provisoire du programme de travail 2022, avec quelques détails supplémentaires sur la Cyber ​​Resilience Act et la Chips Act. Les deux propositions législatives sont toutes deux prévues pour le troisième trimestre de l’année prochaine avec la loi sur la liberté des médias. Mais ne retenez pas votre souffle. La Commission est toujours optimiste dans sa planification, c’est pourquoi l’adoption pourrait être repoussée jusqu’à la fin de l’année. D’autres initiatives intéressantes concernent le contrôle des concentrations, les compétences numériques et l’éducation, les aides d’État au haut débit et l’interopérabilité des services publics.

    Aussi cette semaine :

    • Le Parlement européen a adopté une résolution sur les applications de l’IA dans les services répressifs
    • Les concurrents de Google veulent des mesures pour les paramètres par défaut dans le DMA
    • La France interdit à Amazon de livrer des livres gratuitement
    • La suppression des discours de haine sur les plateformes en ligne ralentit

    Avant de commencer : À quoi ressemble la liberté des médias à l’ère numérique ? Les technologies numériques et l’essor des plateformes en ligne ont remodelé la façon dont nous produisons, partageons et consommons des informations, mais le concept de liberté des médias a relativement peu changé. certains gouvernements et l’UE demandent comment les protections peuvent être mises à jour pour suivre le rythme de la numérisation.

    La liberté des médias à l’ère numérique

    Les technologies numériques et l’essor des plateformes en ligne ont remodelé la façon dont nous produisons, partageons et consommons des informations, mais le concept de liberté des médias a relativement peu changé.

    Intelligence artificielle

    IA et application de la loi. Les députés ont appelé à des contrôles stricts de l’utilisation de l’IA par les forces de l’ordre et le pouvoir judiciaire, appelant notamment à l’interdiction des technologies de reconnaissance biométrique dans les espaces accessibles au public et aux techniques de prédiction pour le maintien de l’ordre. Les législateurs de l’UE ont également appelé à une approche fondée sur les risques en mettant l’accent sur la transparence, la responsabilité et la non-discrimination. Bien que la résolution ne soit pas contraignante, elle a envoyé un signal politique avant la prochaine loi de l’UE sur l’intelligence artificielle. Le rapporteur de l’AIA, Brando Benifei, a promis de s’en tenir à ces principes.

    Cependant, l’approbation de la résolution n’a pas été unanime, car les députés du parti populaire européen ont présenté des amendements destinés à diluer le texte. Fait intéressant, c’est la délégation française de Renew qui a fait pencher la balance contre les amendements, malgré l’approche axée sur la sécurité que Paris a souvent préconisée.

    La cyber-sécurité

    Chroniquement sous-financé. Le Parlement a appelé la Commission et les États membres à accroître leurs ressources financières et humaines en matière de cybersécurité, car les lacunes dans ces domaines ont été identifiées comme des obstacles majeurs à la création d’un environnement numérique sécurisé. Les députés ont appelé à davantage d’investissements de l’UE dans sa capacité de cyberdéfense à tous les niveaux et ont souligné que l’Agence de cybersécurité du bloc (ENISA) était chroniquement sous-financée.

    La confidentialité des données

    Lacunes du RGPD. Le RGPD est peut-être en vigueur depuis plus de trois ans, mais les entreprises continuent de violer les règles de consentement et de collecter illégalement des données en Europe. Selon une société de surveillance de la sécurité, en moyenne en mai et août, un demi-million d’impressions publicitaires en ligne ont violé les préférences de collecte de données des utilisateurs chaque jour et des actions non autorisées similaires ont été détectées par d’autres sociétés.

    Verrouillé hors de LinkedIn. L’autorité italienne de protection des données a statué qu’il est illégal de contacter directement des personnes sur LinkedIn à des fins publicitaires qui n’étaient pas indiquées lors de l’inscription des utilisateurs. La création d’un profil sur le site, a jugé le chien de garde, n’équivaut pas à une autorisation aveugle d’être contacté par d’autres utilisateurs de LinkedIn.

    « Il est clairement inacceptable d’utiliser à mauvais escient les données de quelqu’un, et nous encourageons nos membres à signaler tout message ou publication qui, selon eux, ne respecte pas nos directives afin que nous puissions enquêter », a déclaré un porte-parole de LinkedIn à EURACTIV.

    Améliorations de l’ICO. Le bureau du commissaire à l’information du Royaume-Uni a généralement accueilli favorablement un examen du cadre de protection des données du pays, affirmant que les propositions pour un régime renforcé, y compris une réforme de la constitution du bureau du commissaire, seraient utiles. Cependant, l’ICO a mis en garde contre d’éventuelles interventions gouvernementales, a souligné le flou des dispositions relatives à l’IA et a fait valoir que le droit à un examen humain devrait être étendu plutôt que limité. Parmi les propositions figurent des mesures visant à établir un modèle de gouvernance réglementaire plus couramment utilisé, à simplifier les modes de conformité des données pour les entreprises et à garantir la mise en place de mécanismes de responsabilité.

    Désinformation

    Le Code de la Commission concerne. Huit nouveaux signataires potentiels ont rejoint le processus de révision du Code de bonnes pratiques sur la désinformation, alors que la Commission fait pression pour que davantage d’acteurs s’inscrivent et que ses dispositions soient renforcées. La semaine dernière, un certain nombre d’entreprises et d’organisations ont rejoint la procédure, qui s’appuie sur une révision du code d’origine, lancée en 2018. Cependant, malgré la nouvelle attention, une source bien informée à ce sujet a déclaré à EURACTIV que la Commission s’inquiétait de la probabilité de parvenir à un accord, craignant que les plates-formes ne soient trop distraites par les négociations de l’AVD et que même si un accord est atteint, l’opportunité pourrait être utilisée comme une excuse pour s’éloigner des orientations de la Commission.

    DMA

    L’ennemi de mon ennemi est mon ami. Quatre moteurs de recherche se sont unis pour appeler les législateurs européens à faire en sorte que le DMA prenne des mesures contre Google. Dans une lettre ouverte, DuckDuckGo, Qwanturank, Ecosia et Lilo ont approuvé l’objectif de la proposition mais ont déclaré qu’elle ne parvenait pas à remédier à la position dominante de leur rival collectif Google. Ils ont ajouté qu’ils attendaient toujours de voir les résultats substantiels des précédentes actions antitrust prises par la Commission. Leur demande centrale, disent les entreprises, est que le DMA prenne des mesures pour empêcher Google de devenir le paramètre par défaut pour tous les points d’entrée de recherche et s’assure que les utilisateurs peuvent changer le fournisseur qu’ils utilisent en un seul clic.

    Marge d’amélioration. Le président de l’Autorité italienne de la concurrence a critiqué l’application centralisée de la DMA et son approche  » taille unique « , remettant en cause son adéquation compte tenu du fait que les technologies numériques couvrent l’ensemble de l’économie, plutôt que d’être confinées à un secteur spécifique. Alors que la législation visant à remédier à l’inadéquation entre les instruments antitrust actuels et le pouvoir des monopoles était positive, a fait valoir le chef de l’organisme de surveillance, il reste encore beaucoup à faire en ce qui concerne le DMA.

    DSA

    Ici pour rester. Le pays d’origine et les questions d’application ont occupé le devant de la scène des discussions sur les DSA au Conseil européen, éclipsant d’autres points controversés tels que la modération du contenu. Et ce sera probablement le cas pendant un certain temps. Alors que de nombreux pays se sont encore positionnés ces dernières semaines, le débat s’échauffe et les gouvernements se font plus entendre.

    Les Pays-Bas et la Belgique ont exprimé leur soutien à la partie irlandaise hier, tandis que des poids lourds comme l’Allemagne, l’Italie et l’Espagne sont aux côtés de la France. La présidence slovène a avancé une proposition qui donnerait plus de pouvoir à la Commission européenne en matière d’exécution, mais qui pourrait entrer en conflit avec le principe du pays d’origine.

    Source chaude. Le sommet du Conseil européen qui aura lieu plus tard ce mois-ci vise à s’engager à parvenir à l’adoption finale du DSA et du DMA d’ici le printemps 2022, selon le projet de conclusions diffusé la semaine dernière et consulté par EURACTIV. Beaucoup ont lu que la date limite était mars, juste à temps pour l’élection présidentielle française et pour que le président Macron revendique la victoire pour avoir négocié des lois historiques qui limitent le pouvoir des grandes entreprises américaines.

    Dernier recours. La Lettonie a avancé une proposition qui pourrait changer la donne pour l’AVD ; la possibilité de supprimer les plateformes en ligne qui ont leur base légale en dehors de l’UE et qui violent systématiquement les règles de l’AVD. La mesure est conçue comme un dernier recours, en s’appuyant sur des dispositions similaires sur les  » recours structurels  » présentes dans la DMA. La Commission européenne s’est opposée à la proposition, affirmant que le texte actuel offre déjà des garanties suffisantes. Quelques États membres ont toutefois exprimé leur soutien, bien que la proposition ait émergé juste avant la réunion d’hier et n’ait pas été correctement analysée. La Lettonie craint que les plateformes russes ne soient utilisées pour diffuser de la désinformation et des contenus préjudiciables.

    retombées de Facebook. Les eurodéputés Christel Schaldemose et Alexandra Geese, rapporteur et rapporteur fictif pour la DSA, ont publié une déclaration commune sur les récents scandales sur Facebook, centrée sur la connaissance par l’entreprise des dommages causés par ses plateformes. Les députés, qui étaient tous deux en contact avec le lanceur d’alerte qui s’est présenté dimanche pour critiquer Facebook pour s’être concentré uniquement sur le profit, ont appelé à une réglementation stricte de modération du contenu et à des mesures de transparence étendues dans le cadre de la DSA. « Il est naïf », a déclaré Geese, « de faire appel à l’autoréglementation et à la responsabilité des entreprises. »

    Manifestement illégal. Les pays de l’UE ont essayé de clarifier ce que « manifestement illégal » pourrait signifier dans la pratique, car c’est un terme que la plupart des systèmes juridiques n’ont pas de définition. La Suède avait initialement prévu de produire un document officieux demandant une définition claire, mais n’a pas réussi à obtenir de soutien. Une solution potentielle pourrait consister à ajouter la définition dans les considérants de la proposition d’AVD, plutôt que dans les articles.

    commerce électronique

    Pas de livres gratuits. La France a introduit cette semaine un projet de loi sur l’économie du livre, ce qui signifie que les livraisons de livres ne sont plus gratuites. Dans le but d’empêcher les plateformes de commerce électronique en ligne de dominer le marché et d’obliger les libraires français à fermer leurs portes, le projet de loi introduit un prix minimum de livraison. Cette démarche s’inscrit dans une longue tradition française de protection de l’industrie du livre.

    Stratégie industrielle

    C’est comme ça que c’est fait. Malgré sa taille relativement petite, l’Estonie a devancé les autres pays en matière de numérisation. Après un peu plus de deux décennies, presque tous les services gouvernementaux sont gérés en ligne et l’État balte abrite un écosystème numérique qui abrite le plus grand nombre de start-ups par habitant dans l’UE. Malgré son haut niveau de numérisation qui en fait une cible privilégiée des cyberattaques, l’Estonie est aujourd’hui un modèle pour de nombreux autres pays européens à la recherche d’un développement similaire.

    Nuage de confiance. La société française de sécurité et de défense Thales s’associera à Google afin d’obtenir un label  » cloud de confiance  » du gouvernement français. Le partenariat stratégique permettra à l’entreprise d’opérationnaliser un service cloud souverain d’ici 2023 dans le cadre d’une approche approuvée par le gouvernement qui permet aux entreprises d’atteindre la souveraineté des données tout en tenant compte des mesures de sécurité et de confidentialité requises par l’État.

    Médias

    SLAPPs : à combattre. des poursuites abusives utilisées pour faire taire les médias et la société civile. L’initiative, qui a été annoncée en décembre dans le cadre du Plan d’action européen pour la démocratie et devrait être adoptée au printemps, prendra la forme d’une législation et de recommandations, et intervient à un moment où l’utilisation des SLAPPs en Europe augmente.

    Coopération transfrontalière. La vice-présidente de la Commission chargée des valeurs et de la transparence, Věra Jourová. S’exprimant cette semaine lors d’une conférence sur l’innovation dans le secteur, Jourová a décrit les mesures prises par l’UE pour garantir que les professionnels des médias, de plus en plus menacés, soient mieux protégés et que les médias puissent fonctionner et se développer librement.

    Média manquant. Les dirigeants de l’UE se sont réunis en Slovénie pour le sommet des Balkans occidentaux cette semaine, adoptant une déclaration mettant l’accent sur la connectivité et la transition numérique. Alors que le sommet était centré sur l’élargissement, auquel l’UE s’est réengagée, certains ont fait valoir que la portée des discussions n’était pas assez large. Reporters sans frontières (RSF) a demandé que la liberté de la presse figure à l’ordre du jour, arguant qu’il s’agit d’une question clé dans les pays des Balkans occidentaux et que l’UE doit être plus ambitieuse pour garantir l’accès à des informations et à des informations fiables pour les personnes vivant dans ces pays.

    Plateformes

    Les suppressions de discours de haine chutent. La dernière évaluation du code de conduite de la Commission sur les discours de haine illégaux en ligne montre que les progrès ralentissent. Le pourcentage de contenu auquel les plateformes répondent dans le délai de 24 heures demandé par le Code a diminué depuis l’année dernière, tout comme le pourcentage de contenu supprimé une fois signalé. Les données ont soulevé des questions sur l’efficacité du Code, qui est volontaire, et appelle à une approche renforcée dans le cadre de la prochaine AVD.

    Apple et antitrust, encore. Apple devrait faire face à une autre poursuite antitrust de l’UE, cette fois axée sur sa technologie de puce NFC et le fait qu’elle n’est accessible que via Apple Pay. Le géant de la technologie fait actuellement l’objet de trois affaires de concurrence à la Commission, et son système Apple Pay a fait l’objet d’un examen minutieux de la part d’autres régulateurs. La communication des griefs de l’UE pourrait atterrir sur les bureaux des avocats d’Apple l’année prochaine. Le fabricant d’iPhone pourrait également avoir à nouveau des problèmes pour son app store.

    Télécom

    Contentieux des licences. La société de télécommunications suédoise Ericsson a lancé une action en justice au Texas, sollicitant l’aide des tribunaux pour collecter les redevances de brevet liées aux technologies de réseau 5G auprès d’Apple. La technologie, développée par l’Institut européen des normes de télécommunications, a été rendue possible par les brevets d’Ericsson, a déclaré la société, arguant qu’elle devrait être concédée sous licence à d’autres sociétés. Apple, cependant, conteste que les termes de l’accord proposés par Ericsson soient des exigences  » justes et raisonnables « , légales bien qu’ambiguës en ce qui concerne les normes de licence de brevet.

    Sur notre radar :

    La commission LIBE devrait adopter lundi le nouveau mandat d’Europol, conférant à l’agence de nouvelles compétences significatives en termes de traitement de données, de recherche et d’innovation et d’échange avec les entreprises privées. La Commission doit publier mercredi sa stratégie de connectivité internationale. Une réunion informelle entre les ministres des télécommunications a lieu jeudi et l’IA sera l’un des sujets brûlants. Jeudi également, le parlement devrait adopter son rapport sur le fichier d’itinérance.

    Que lisons-nous d’autre cette semaine  :

    • Les 5 plus grandes tendances de la science des données en 2022 (Forbes)
    • Intel n’envisage pas d’usine de puces au Royaume-Uni après le Brexit (BBC
    [Edited by Benjamin Fox]
    Retombées de Facebook, agenda numérique 2022, IA dans les forces de l'ordre – EURACTIV.fr

    S’abonner
    Notification pour
    guest
    0 Commentaires
    Commentaires en ligne
    Afficher tous les commentaires