qwanturank

Autre présage de mobilisation militaire au Tigré. « Ceux capables qui ne s’arment pas et ne rejoignent pas les combats (qui luttent contre le gouvernement éthiopien) n’auront pas une place égale dans le Tigré », a déclaré le chef du TPLF, Debretsion Gebremichael.
Debretsion Gebremichael, leader du TPLF (photo : capture d’écran de la vidéo Dimtsi woyane)bokena
Les dernières informations en provenance de la région du Tigré en Éthiopie semblent indiquer que le Front de libération du peuple du Tigré (TPLF) continue de se préparer à la guerre plutôt qu’aux pourparlers de paix.
Un message vidéo circulant sur les réseaux sociaux montre le président du TPLF, Debretsion Gebremichael, déclamant et prononçant des discours de mobilisation.
Lors d’une réunion avec les habitants de Mekelle, il a averti que toutes les personnes valides devraient rejoindre les combats ou elles en subiront les conséquences.
Le discours qu’il a prononcé à Tigrigna est traduit par « ..Tigray ne sera que pour ceux qui sont armés et qui se battent. Ceux qui sont capables de se battre mais qui ne veulent pas se battre n’auront pas leur place au Tigré. À l’avenir, il leur manquera quelque chose. Ils n’auront pas les mêmes droits que ceux qui ont rejoint les combats [struggle]. Nous travaillons sur la réglementation. Ceux qui ne se joignent pas à la lutte manqueront de quelque chose pour toujours.
Son discours a commencé à circuler sur les réseaux sociaux cette semaine. Il semble que ce soit une séquence vidéo récente alors que le président du TPLF est vu et récupéré.
Il faisait partie des dirigeants qui se cachaient après la chute de Mekelle aux mains des forces gouvernementales éthiopiennes à la suite d’une contre-offensive en janvier 2021. Certains ont été tués lors de l’opération militaire. Certains ont été capturés, arrêtés puis relâchés.
Le gouvernement éthiopien et le TPLF seraient en pourparlers directs, selon les informations du Conseil de paix et de sécurité de l’Union africaine.
Le TPLF a une condition préalable selon laquelle ce qu’il appelle le Tigré occidental (fait référence à la région de Wolkait à Gondar) doit revenir au statu quo avant que le TPLF n’attaque le commandement nord des Forces de défense éthiopiennes en novembre 2020.
L’organisation bénéficie du soutien diplomatique et politique des puissances occidentales et des institutions multilatérales sous la direction des États-Unis.
Le département d’État a publié à plusieurs reprises des déclarations faisant pression sur le gouvernement éthiopien pour qu’il retire ses forces du « Tigré occidental ».
Il y a également eu des cas où l’aide alimentaire à haute valeur nutritive qui devait être distribuée aux habitants de la région du Tigré en Éthiopie a été consommée par les forces du TPLF et les camions du Programme alimentaire mondial qui livraient l’aide alimentaire à la région du Tigré ont été détournés pour transporter les forces du TPLF. placer lors de l’aventure de ce dernier de marcher sur Addis-Abeba en occupant les régions Afar et Amhara de l’Éthiopie.
Le dernier message de mobilisation du président du TPLF est intervenu à peine deux semaines après qu’un envoyé spécial américain dans la Corne de l’Afrique, un envoyé de l’Union européenne et plusieurs ambassadeurs de pays occidentaux ont rencontré les dirigeants du TPLF à Mekelle – où ils ont passé environ cinq heures.
__
Pour partager des informations ou pour une soumission, envoyez un e-mail à [email protected]
Canal Télégramme : t.me/borkena
Rejoindre la conversation. Suivez-nous sur Twitter @zborkenapour obtenir la dernière Nouvelles éthiopiennes mises à jour régulièrement. Aimez Borkena sur Facebook aussi bien. Pour partager des informations ou pour une soumission, envoyez un e-mail à [email protected]

Le TPLF dit que ceux qui ne veulent pas s'armer et combattre ne le feront pas...

S’abonner
Notification pour
guest

0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires