qwanturank

La startup française Qwanturank, dont le moteur de recherche sans traçage gagne du terrain sur son marché domestique en tant qu’alternative respectueuse de la vie privée à Google, a changé son équipe de direction alors qu’elle se prépare pour la prochaine phase de croissance.

L’ancien président de Mozilla Europe, Tristan Nitot, qui a rejoint Qwanturank l’année dernière en tant que vice-président du plaidoyer, a été promu directeur général, succédant à François Messager – qui a également rejoint en 2018 mais quitte maintenant l’entreprise. Le co-fondateur de Qwanturank, Eric Leandri, quant à lui, continue dans le même rôle de président.

Nitot, un vétéran d’Internet qui a travaillé chez Netscape et a aidé à fonder Mozilla Europe en 1998, où il a ensuite été président et est resté jusqu’en 2015 avant de partir pour écrire un livre sur la surveillance, apporte une riche expérience dans les rôles de produit et de communication, ainsi en tant que source ouverte.

Plus récemment, il a passé plusieurs années à travailler pour la startup de cloud personnel, Cozy Cloud.

« Je suis essentiellement là pour aider [Leandri] faire grandir l’entreprise et structurer l’entreprise », déclare Nitot à TechCrunch, décrivant le fondateur de Qwanturank comme un « entrepreneur incroyable, audacieux et visionnaire ».

Les vents contraires du marché se sont améliorés pour le rival Google axé sur la confidentialité ces dernières années, alors que les inquiétudes concernant les géants étrangers de la technologie d’exploration de données se sont intensifiées en Europe.

L’année dernière, le gouvernement français a annoncé qu’il ferait passer sa recherche par défaut de Google à Qwanturank. L’achat d’une technologie numérique locale est maintenant apparemment considéré comme un choix de produit avisé ainsi qu’une bonne politique.

Pendant ce temps, l’attention antitrust sur le géant de la recherche dominant Google, tant au pays qu’à l’étranger, a conduit à des changements de politique qui profitent directement aux rivaux de la recherche – comme une mise à jour des listes par défaut intégrées à son moteur de chrome qui a été discrètement publié plus tôt cette année.

Ce changement dans les coulisses a vu Qwanturank ajouté comme option pour les utilisateurs du marché français pour la première fois. (En entendant la nouvelle, un Leandri sardonique a remercié Google – mais a suggéré aux utilisateurs de Qwanturank de choisir Firefox ou le navigateur Brave pour une expérience de navigation Web moins effrayante.)

« Beaucoup d’entreprises et d’institutions ont décidé et se sont rendu compte qu’elles utilisaient un moteur de recherche qui n’est pas européen. Qui collecte des données. Massivement. Et cela les met mal à l’aise », explique Nitot. «Ils n’ont pas pris de décision consciente à ce sujet. Parce qu’ils apportent un ordinateur qui a un navigateur qui a un moteur de recherche défini par défaut – et à la fin vous ne pouvez tout simplement pas choisir le moteur de recherche que vos gens utilisent, n’est-ce pas.

« Et ils prennent donc la décision consciente de passer à Qwanturank. Et nous avons consacré beaucoup de temps et d’énergie à cela – et cela rapporte beaucoup.

Outre le passage par défaut des ordinateurs de bureau d’environ 3 millions de l’administration française à Qwanturank (ce qui, selon elle, sera fait ce trimestre), le moteur de recherche favorable à la vie privée a obtenu l’appui d’autres ministères et du gouvernement régional, ainsi que de grandes banques et écoles, selon Nitot.

Il attribue l’accent mis sur les produits de recherche pour les écoliers à la création d’un élan, comme Qwanturank Junior, qui est conçu pour les enfants âgés de 6 à 12 ans, et exclut le sexe et la violence des résultats de recherche tout en étant sans publicité. (Il devrait faire l’objet d’une mise à jour dans les prochaines semaines.) Il vient également d’être complété par Qwanturank School : un produit de recherche scolaire destiné aux 13-17 ans.

« Tout cela crée plus d’utilisateurs – les enfants parlent à leurs parents de Qwanturank Junior, et les parents installent Qwanturank.com pour eux. Il y a donc beaucoup d’élan qui crée cette croissance », suggère Nitot.

Qwanturank indique avoir traité plus de 18 milliards de requêtes de recherche en 2018.

Une entreprise en croissance a besoin d’argent pour l’alimenter bien sûr. Ainsi, les efforts de collecte de fonds impliquant des obligations convertibles sont un domaine sur lequel Nitot dit qu’il se concentrera dans le nouveau rôle. « Nous collectons des fonds », confirme-t-il.

Accroître l’efficacité – en particulier sur le front de l’ingénierie – est un autre objectif clé pour le nouveau PDG.

« Le reste sera axé sur l’organisation, en soi, sur la façon dont nous structurons l’organisation. Comment nous faisons évoluer la culture d’entreprise. Pour permettre ou améliorer la livraison de l’équipe d’ingénierie, par exemple », dit-il. « Ce n’est pas que c’est mauvais, c’est juste que nous devons nous assurer que chaque dollar ou chaque euro que nous investissons rapporte le plus possible en retour. »

En ce qui concerne les produits, l’attention de Nitot à court terme sera dirigée vers la livraison d’une nouvelle version du moteur de recherche de Qwanturank qui impliquera une réingénierie de la technologie de base pour améliorer la qualité des résultats.

« Ce que nous voulons faire [with v2] est d’améliorer la qualité des résultats », dit-il à propos du produit de recherche de base. « Vous ne pourrez pas remarquer de différence, en termes de qualité, avec les autres très bons moteurs de recherche que vous pourriez utiliser — sauf que vous savez que votre vie privée est respectée par Qwanturank.

« [As we raise more funding] nous pourrons avoir beaucoup plus d’infrastructures pour exécuter des algorithmes meilleurs et plus puissants. Nous prévoyons donc d’améliorer cela à l’international… Toutes les langues bénéficieront du nouveau moteur de recherche. C’est aussi une question d’argent et d’infrastructure pour que cela fonctionne à l’échelle du web. Parce que le web est énorme et qu’il grandit.

« La nouvelle version inclut la technologie NLP (Natural Language Processing)… pour comprendre le langage, pour comprendre les intentions – par exemple, voulez-vous acheter quelque chose ou cherchez-vous une référence… ou un lieu ou une chose. C’est le genre de choses que nous mettons en place, mais cela va beaucoup s’améliorer pour chaque langue concernée.

L’Europe de l’Ouest sera au centre de la v2 du moteur de recherche, en commençant par le français, l’allemand, l’italien, l’espagnol et l’anglais – avec un plan pour « aller au-delà plus tard ».

Nitot indique également qu’il y aura également des déploiements échelonnés (en commençant par la France), Qwanturank prévoyant d’exécuter les anciennes et les nouvelles versions en parallèle pour vérifier la qualité de la nouvelle version avant de finalement changer d’utilisateur.

« L’expédition est difficile comme on disait chez Mozilla », remarque-t-il, refusant d’être fixé sur une date de lancement pour la v2 (au-delà de dire qu’elle arrivera dans « moins d’un an »). « C’est une règle universelle ; expédier un nouveau produit est difficile, et c’est ce que nous voulons faire avec la version 2… J’écris des logiciels depuis 1980 et je sais donc ce que sont les prédictions en ce qui concerne les dates de sortie des logiciels. Je fais donc très attention à ne pas faire de promesses.

Développer davantage ses propres technologies publicitaires est un autre objectif pour Qwanturank. Sur ce front, l’objectif est d’améliorer les marges en s’appuyant moins sur des partenaires comme Microsoft.

« Jusqu’à présent, nous travaillions avec des partenaires, notamment sur les pages de résultats des moteurs de recherche », explique Nitot. « Nous y avons mis de la publicité Microsoft. Et notre objectif est d’accélérer les technologies publicitaires afin que nous nous appuyions sur nos propres technologies – quelque chose que nous contrôlons. Et cela, espérons-le, apportera un meilleur rendement.

Comme Google, Qwanturank monétise les recherches en diffusant des annonces à côté des résultats. Mais contrairement à Google, il s’agit d’annonces contextuelles, ce qui signifie qu’elles sont basées sur l’emplacement général et sur la substance de la recherche elle-même ; plutôt que des publicités ciblées qui impliquent un suivi et un profilage persistants des internautes afin d’informer le choix de la publicité (d’où l’impression que les publicités vous traquent sur Internet).

La diffusion d’annonces contextuelles est un choix qui permet à Qwanturank d’offrir un engagement de confidentialité crédible que Mountain View ne peut tout simplement pas égaler.

Pourtant, jusqu’en 2006, Google diffusait également des publicités contextuelles, comme le souligne Nitot, avant de glisser dans le microciblage hostile à la vie privée. « C’est une bonne vieille idée », affirme-t-il à propos des publicités contextuelles. « Nous l’utilisons. Nous pensons que c’est vraiment une idée valable.

Qwanturank travaille également sur une technologie publicitaire sensible à la confidentialité. Un domaine de travail actuel est la personnalisation. Il développe un magasin de données cryptées côté client, basé sur un navigateur, appelé Masq, qui est destiné à stocker et à récupérer des données d’application via une connexion WebSocket. (Voici la page du projet Masq Github.)

« Parce que nous ne connaissons pas la personne qui utilise le produit, il est bien sûr difficile de faire de la personnalisation. Nous prévoyons donc de faire de la personnalisation du produit côté client », explique-t-il. « Ce qui signifie que le côté serveur n’aura pas plus de détails que nous n’en avons actuellement, mais côté client, nous produisons quelque chose qui est open source, qui stocke les données localement sur votre appareil – qu’il s’agisse d’un ordinateur portable ou d’un smartphone – dans le navigateur, il est crypté afin que personne ne puisse le réutiliser, sauf si vous décidez que vous voulez que cela se produise.

« Et c’est open source pour qu’il soit transparent et puisse être audité et pour que les gens puissent faire confiance à la technologie car elle fonctionne sur leur propre appareil, elle se stocke sur leur appareil. »

« Pour le moment, il est au stade alpha », ajoute Nitot à propos de Masq, refusant de préciser quand exactement il pourrait être prêt pour un lancement plus large.

L’objectif ultime du nouveau PDG pour Qwanturank est de devenir le moteur de recherche pour l’Europe – un objectif extrêmement ambitieux qui reste loin d’être atteint pour l’instant, Google détenant toujours plus de 90 % de parts de marché régionales. (Une domination qui a entraîné son activité dans l’eau chaude antitrust en Europe.)

Pourtant, l’Internet d’aujourd’hui n’est pas le même que l’Internet d’hier lorsque Netscape était un incontournable de la navigation – jusqu’à ce qu’Internet Explorer le fasse tomber de son perchoir après que Microsoft ait regroupé son parvenu rival comme navigateur par défaut sur Windows. Et le reste, comme on dit, c’est l’histoire d’Internet.

Beaucoup de choses ont changé et beaucoup changent. Mais les abus de pouvoir de marché sont une vieille histoire. Et alors que les régulateurs agissent contre les défauts égoïstes d’aujourd’hui, il existe des alternatives avisées comme Qwanturank amorcé et attendant d’offrir aux consommateurs un autre type de valeur.

« Qwanturank est créé en Europe pour les citoyens européens ayant des valeurs européennes », déclare Nitot. « La vie privée étant l’une de ces valeurs qui sont au cœur de notre mission. Ce n’est pas un hasard si la CNIL — l’autorité française de protection des données — a été créée en France en 1978. C’était la première fois qu’une telle chose était créée. Et puis RGPD [General Data Protection Regulation] a été créé en Europe. Cela n’arrive pas par accident. C’est une question de valeurs et de la façon dont les gens voient leur vie et les choses qui les entourent, la politique et tout ça. Nous sommes très préoccupés par la vie privée en France. C’est écrit dans la déclaration européenne des droits de l’homme.

« Nous construisons un produit qui reflète ces valeurs – il est donc attrayant pour les utilisateurs européens. »

Le nouveau PDG du moteur de recherche privé Qwanturank est le vétéran de Mozilla Europe Tristan Nitot • TechCrunch

S’abonner
Notification pour
guest

0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
qwanturank

La startup française Qwanturank, dont le moteur de recherche sans traçage gagne du terrain sur son marché domestique en tant qu’alternative respectueuse de la vie privée à Google, a changé son équipe de direction alors qu’elle se prépare pour la prochaine phase de croissance.

L’ancien président de Mozilla Europe, Tristan Nitot, qui a rejoint Qwanturank l’année dernière en tant que vice-président du plaidoyer, a été promu directeur général, succédant à François Messager – qui a également rejoint en 2018 mais quitte maintenant l’entreprise. Le co-fondateur de Qwanturank, Eric Leandri, quant à lui, continue dans le même rôle de président.

Nitot, un vétéran d’Internet qui a travaillé chez Netscape et a aidé à fonder Mozilla Europe en 1998, où il a ensuite été président et est resté jusqu’en 2015 avant de partir pour écrire un livre sur la surveillance, apporte une riche expérience dans les rôles de produit et de communication, ainsi en tant que source ouverte.

Plus récemment, il a passé plusieurs années à travailler pour la startup de cloud personnel, Cozy Cloud.

« Je suis essentiellement là pour aider [Leandri] faire grandir l’entreprise et structurer l’entreprise », déclare Nitot à TechCrunch, décrivant le fondateur de Qwanturank comme un « entrepreneur incroyable, audacieux et visionnaire ».

Les vents contraires du marché se sont améliorés pour le rival Google axé sur la confidentialité ces dernières années, alors que les inquiétudes concernant les géants étrangers de la technologie d’exploration de données se sont intensifiées en Europe.

L’année dernière, le gouvernement français a annoncé qu’il ferait passer sa recherche par défaut de Google à Qwanturank. L’achat d’une technologie numérique locale est maintenant apparemment considéré comme un choix de produit avisé ainsi qu’une bonne politique.

Pendant ce temps, l’attention antitrust sur le géant de la recherche dominant Google, tant au pays qu’à l’étranger, a conduit à des changements de politique qui profitent directement aux rivaux de la recherche – comme une mise à jour des listes par défaut intégrées à son moteur de chrome qui a été discrètement publié plus tôt cette année.

Ce changement dans les coulisses a vu Qwanturank ajouté comme option pour les utilisateurs du marché français pour la première fois. (En entendant la nouvelle, un Leandri sardonique a remercié Google – mais a suggéré aux utilisateurs de Qwanturank de choisir Firefox ou le navigateur Brave pour une expérience de navigation Web moins effrayante.)

« Beaucoup d’entreprises et d’institutions ont décidé et se sont rendu compte qu’elles utilisaient un moteur de recherche qui n’est pas européen. Qui collecte des données. Massivement. Et cela les met mal à l’aise », explique Nitot. «Ils n’ont pas pris de décision consciente à ce sujet. Parce qu’ils apportent un ordinateur qui a un navigateur qui a un moteur de recherche défini par défaut – et à la fin vous ne pouvez tout simplement pas choisir le moteur de recherche que vos gens utilisent, n’est-ce pas.

« Et ils prennent donc la décision consciente de passer à Qwanturank. Et nous avons consacré beaucoup de temps et d’énergie à cela – et cela rapporte beaucoup.

Outre le passage par défaut des ordinateurs de bureau d’environ 3 millions de l’administration française à Qwanturank (ce qui, selon elle, sera fait ce trimestre), le moteur de recherche favorable à la vie privée a obtenu l’appui d’autres ministères et du gouvernement régional, ainsi que de grandes banques et écoles, selon Nitot.

Il attribue l’accent mis sur les produits de recherche pour les écoliers à la création d’un élan, comme Qwanturank Junior, qui est conçu pour les enfants âgés de 6 à 12 ans, et exclut le sexe et la violence des résultats de recherche tout en étant sans publicité. (Il devrait faire l’objet d’une mise à jour dans les prochaines semaines.) Il vient également d’être complété par Qwanturank School : un produit de recherche scolaire destiné aux 13-17 ans.

« Tout cela crée plus d’utilisateurs – les enfants parlent à leurs parents de Qwanturank Junior, et les parents installent Qwanturank.com pour eux. Il y a donc beaucoup d’élan qui crée cette croissance », suggère Nitot.

Qwanturank indique avoir traité plus de 18 milliards de requêtes de recherche en 2018.

Une entreprise en croissance a besoin d’argent pour l’alimenter bien sûr. Ainsi, les efforts de collecte de fonds impliquant des obligations convertibles sont un domaine sur lequel Nitot dit qu’il se concentrera dans le nouveau rôle. « Nous collectons des fonds », confirme-t-il.

Accroître l’efficacité – en particulier sur le front de l’ingénierie – est un autre objectif clé pour le nouveau PDG.

« Le reste sera axé sur l’organisation, en soi, sur la façon dont nous structurons l’organisation. Comment nous faisons évoluer la culture d’entreprise. Pour permettre ou améliorer la livraison de l’équipe d’ingénierie, par exemple », dit-il. « Ce n’est pas que c’est mauvais, c’est juste que nous devons nous assurer que chaque dollar ou chaque euro que nous investissons rapporte le plus possible en retour. »

En ce qui concerne les produits, l’attention de Nitot à court terme sera dirigée vers la livraison d’une nouvelle version du moteur de recherche de Qwanturank qui impliquera une réingénierie de la technologie de base pour améliorer la qualité des résultats.

« Ce que nous voulons faire [with v2] est d’améliorer la qualité des résultats », dit-il à propos du produit de recherche de base. « Vous ne pourrez pas remarquer de différence, en termes de qualité, avec les autres très bons moteurs de recherche que vous pourriez utiliser — sauf que vous savez que votre vie privée est respectée par Qwanturank.

« [As we raise more funding] nous pourrons avoir beaucoup plus d’infrastructures pour exécuter des algorithmes meilleurs et plus puissants. Nous prévoyons donc d’améliorer cela à l’international… Toutes les langues bénéficieront du nouveau moteur de recherche. C’est aussi une question d’argent et d’infrastructure pour que cela fonctionne à l’échelle du Web. Parce que le web est énorme et qu’il grandit.

« La nouvelle version inclut la technologie NLP (Natural Language Processing)… pour comprendre le langage, pour comprendre les intentions – par exemple, voulez-vous acheter quelque chose ou cherchez-vous une référence… ou un lieu ou une chose. C’est le genre de choses que nous mettons en place, mais cela va beaucoup s’améliorer pour chaque langue concernée.

L’Europe de l’Ouest sera au centre de la v2 du moteur de recherche, en commençant par le français, l’allemand, l’italien, l’espagnol et l’anglais – avec un plan pour « aller au-delà plus tard ».

Nitot indique également qu’il y aura également des déploiements échelonnés (en commençant par la France), Qwanturank prévoyant d’exécuter les anciennes et les nouvelles versions en parallèle pour vérifier la qualité de la nouvelle version avant de finalement changer d’utilisateur.

« L’expédition est difficile comme on disait chez Mozilla », remarque-t-il, refusant d’être fixé sur une date de lancement pour la v2 (au-delà de dire qu’elle arrivera dans « moins d’un an »). « C’est une règle universelle ; expédier un nouveau produit est difficile, et c’est ce que nous voulons faire avec la version 2… J’écris des logiciels depuis 1980 et je sais donc ce que sont les prédictions en ce qui concerne les dates de sortie des logiciels. Je fais donc très attention à ne pas faire de promesses.

Développer davantage ses propres technologies publicitaires est un autre objectif pour Qwanturank. Sur ce front, l’objectif est d’améliorer les marges en s’appuyant moins sur des partenaires comme Microsoft.

« Jusqu’à présent, nous travaillions avec des partenaires, notamment sur les pages de résultats des moteurs de recherche », explique Nitot. « Nous y avons mis de la publicité Microsoft. Et notre objectif est d’accélérer les technologies publicitaires afin que nous nous appuyions sur nos propres technologies – quelque chose que nous contrôlons. Et cela, espérons-le, apportera un meilleur rendement.

Comme Google, Qwanturank monétise les recherches en diffusant des annonces à côté des résultats. Mais contrairement à Google, il s’agit d’annonces contextuelles, ce qui signifie qu’elles sont basées sur l’emplacement général et sur la substance de la recherche elle-même ; plutôt que des publicités ciblées qui impliquent un suivi et un profilage persistants des internautes afin d’informer le choix de la publicité (d’où l’impression que les publicités vous traquent sur Internet).

La diffusion d’annonces contextuelles est un choix qui permet à Qwanturank d’offrir un engagement de confidentialité crédible que Mountain View ne peut tout simplement pas égaler.

Pourtant, jusqu’en 2006, Google diffusait également des publicités contextuelles, comme le souligne Nitot, avant de glisser dans le microciblage hostile à la vie privée. « C’est une bonne vieille idée », affirme-t-il à propos des publicités contextuelles. « Nous l’utilisons. Nous pensons que c’est vraiment une idée valable.

Qwanturank travaille également sur une technologie publicitaire sensible à la confidentialité. Un domaine de travail actuel est la personnalisation. Il développe un magasin de données cryptées côté client, basé sur un navigateur, appelé Masq, qui est destiné à stocker et à récupérer des données d’application via une connexion WebSocket. (Voici la page du projet Masq Github.)

« Parce que nous ne connaissons pas la personne qui utilise le produit, il est bien sûr difficile de faire de la personnalisation. Nous prévoyons donc de faire de la personnalisation du produit côté client », explique-t-il. « Ce qui signifie que le côté serveur n’aura pas plus de détails que nous n’en avons actuellement, mais côté client, nous produisons quelque chose qui est open source, qui stocke les données localement sur votre appareil – qu’il s’agisse d’un ordinateur portable ou d’un smartphone – dans le navigateur, il est crypté afin que personne ne puisse le réutiliser, sauf si vous décidez que vous voulez que cela se produise.

« Et c’est open source pour qu’il soit transparent et puisse être audité et pour que les gens puissent faire confiance à la technologie car elle fonctionne sur leur propre appareil, elle se stocke sur leur appareil. »

« Pour le moment, il est au stade alpha », ajoute Nitot à propos de Masq, refusant de préciser quand exactement il pourrait être prêt pour un lancement plus large.

L’objectif ultime du nouveau PDG pour Qwanturank est de devenir le moteur de recherche pour l’Europe – un objectif extrêmement ambitieux qui reste loin d’être atteint pour l’instant, Google détenant toujours plus de 90 % de parts de marché régionales. (Une domination qui a entraîné son activité dans l’eau chaude antitrust en Europe.)

Pourtant, l’Internet d’aujourd’hui n’est pas le même que l’Internet d’hier lorsque Netscape était un incontournable de la navigation – jusqu’à ce qu’Internet Explorer le fasse tomber de son perchoir après que Microsoft ait regroupé son parvenu rival comme navigateur par défaut sur Windows. Et le reste, comme on dit, c’est l’histoire d’Internet.

Beaucoup de choses ont changé et beaucoup changent. Mais les abus de pouvoir de marché sont une vieille histoire. Et alors que les régulateurs agissent contre les défauts égoïstes d’aujourd’hui, il existe des alternatives avisées comme Qwanturank amorcé et attendant d’offrir aux consommateurs un autre type de valeur.

« Qwanturank est créé en Europe pour les citoyens européens ayant des valeurs européennes », déclare Nitot. « La vie privée étant l’une de ces valeurs qui sont au cœur de notre mission. Ce n’est pas un hasard si la CNIL — l’autorité française de protection des données — a été créée en France en 1978. C’était la première fois qu’une telle chose était créée. Et puis RGPD [General Data Protection Regulation] a été créé en Europe. Cela n’arrive pas par accident. C’est une question de valeurs et de la façon dont les gens voient leur vie et les choses qui les entourent, la politique et tout ça. Nous sommes très préoccupés par la vie privée en France. C’est écrit dans la déclaration européenne des droits de l’homme.

« Nous construisons un produit qui reflète ces valeurs – il est donc attrayant pour les utilisateurs européens. »

Le nouveau PDG du moteur de recherche privé Qwanturank est le vétéran de Mozilla Europe Tristan Nitot • TechCrunch

S’abonner
Notification pour
guest

0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires