qwanturank

Dans un affidavit soumis à la Cour suprême, le ministère de la Justice sociale et de l’Autonomisation a déclaré que les chrétiens dalits et les musulmans dalits ne peuvent pas prétendre aux avantages auxquels les castes répertoriées ont droit et que l’ordonnance constitutionnelle (castes répertoriées) de 1950 est inconstitutionnelle.

Première publication le 10 novembre 2022 à 9 h 39 IST
Les données historiques montrent que les chrétiens dalits et les musulmans dalits n’ont jamais été confrontés à l’arriération ou à l’oppression, a déclaré le gouvernement Narendra Modi tout en défendant leur exclusion de la liste des castes répertoriées.

Dans un affidavit soumis à la Cour suprême, le ministère de la Justice sociale et de l’Autonomisation a déclaré que les chrétiens dalits et les musulmans dalits ne peuvent pas prétendre aux avantages auxquels les castes répertoriées ont droit et que l’ordonnance constitutionnelle (castes répertoriées) de 1950 est inconstitutionnelle.

Lisez aussi: Vande Bharat Express fait face à quatre accidents majeurs en un mois d’exploitation

La réponse du Centre est intervenue après qu’une organisation à but non lucratif, le Centre pour les litiges d’intérêt public (CPIL), a déposé une pétition demandant une extension de la réservation et d’autres avantages aux Dalits qui se sont convertis à l’islam et au christianisme.

Le ministère de la justice sociale et de l’autonomisation a soutenu que l’identification des castes répertoriées s’articule autour d’une stigmatisation sociale spécifique limitée aux communautés SC identifiées dans l’ordonnance de 1950 sur la Constitution (castes répertoriées).

L’affidavit du gouvernement explique que le système oppressif d’intouchabilité qui a entraîné le retard économique et social de certaines castes hindoues n’était pas répandu dans les sociétés islamiques ou chrétiennes.

« Le décret sur la constitution (caste répertoriée) de 1950 ne souffre d’aucune inconstitutionnalité en raison de l’exclusion du christianisme ou de l’islam », a déclaré le ministère.

L’ordonnance sur la constitution (caste répertoriée) de 1950 était basée sur des « données historiques », qui établissent clairement que les membres de la société chrétienne ou islamique n’ont jamais été confrontés à un tel retard ou à une telle oppression, indique l’affidavit.

Il déclare en outre que l’une des raisons pour lesquelles les personnes des castes répertoriées se convertissaient à d’autres religions comme le christianisme ou l’islam était de pouvoir sortir de l’oppression et de l’intouchabilité, ce qui n’est pas du tout répandu dans les autres religions.

Déclarant que la Commission du juge Ranganath Mishra avait une vue myope, le ministère a également refusé d’accepter la recommandation du rapport de 2007 sur l’inclusion des chrétiens dalits et des musulmans dalits dans la liste des castes répertoriées.

Lire aussi : Zomato « s’excuse » auprès de « Delhi-NCR » pour avoir servi du « poulet fumé » ; Voir les réactions ici

Dernière mise à jour le 10 novembre 2022 à 09h39 IST
Télécharger l’application :

Le Centre explique pourquoi il ne veut PAS de chrétiens dalits ni de musulmans dalits dans la liste des castes répertoriées

S’abonner
Notification pour
guest

0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires